Trusting God’s Promises

Preacher: Malcolm McLoughlin | Series: Online Services (confinement) | —


Lire la transcription en français
Faisons confiance aux promesses de Dieu

 

Coronavirus. Je me souviens pour la première fois quand j’ai pris conscience de l’épidémie.

C’était le 26 janvier quand je suis allé rencontrer notre invité de Trinity qui arrivait à l’aéroport Charles de Gaulle à 18h00.

Je me rappelle étant au Terminal 2 à 17h45 et partout il y avait des cameras interrogeant les arrivés de l’étranger avec des masques. Cela ne me semblait pas grande chose, je pensais qu’il s’agissait encore d’une histoire qui passera rapidement et que nous revenons à parler de Brexit.

Pourtant, nous voici, neuf semaines plus tard : des milliers de morts, des événements sportifs et des concerts annulés, des frontières fermées et les Français en confinement. Pendant ces neufs dernières semaines, COVID-19 a été la voix la plus forte dans la pièce. Il est sur tous nos téléphones, aux actualités et dans toutes nos conversations.

Nous exprimons de l’incrédulité et souvent d’inquiétude.

Chacun exprime sa vision de la situation.

Certains estiment que les restrictions ont été trop sévères, d’autres pensent qu’elles ne sont pas suffisantes.

Pourtant, nous avons regardé les informations à la télévision et écouté des amis du monde entier pour comprendre que cette épidémie affecte la planète entière, pas uniquement la France.

Je pensais qu’il est important de se pencher sur les promesses de Dieu pendant cette période difficile.

J’étais attiré par le livre des Actes, notamment par la tempête avec laquelle Paul et ses compagnons ont été confrontés pendant leur voyage.

L’histoire de cette tempête se trouve dans le chapitre 27 des Actes.

Si vous voulez suivre, vous pouvez ouvrir vos Bibles aux Actes, chapitre 27.

Les derniers chapitres des Actes, 27 et 28 sont consacrés au voyage de Paul à Rome. L’Évangile a déjà été largement prêché et se dirige maintenant vers Rome s’étendant jusqu’aux extrémités  de la Terre.

Concernant le voyage de Paul à Rome, il est écrit dans les Actes 28 : 30-31, 30Paul demeura deux ans entiers dans une maison qu’il avait louée. Il recevait tous ceux qui venaient le voir,

31 prêchant le royaume de Dieu et enseignant ce qui concerne le Seigneur Jésus Christ, en toute liberté et sans obstacle.

L’Évangile était sur le point de devenir virale, mais d’abord, il y a eu le voyage à Rome. Il s’agit d’un voyage épique de 3 500 km de Césarée, d’Israël à Rome (Italie).

 

Un voyage confronté avec la famine et avec les épaves de navires. Luc, affirme dans les Actes, verset 1 que Paul est monté à bord d’un navire en tant que prisonnier. Ce voyage est très différent par rapport aux autres missions de Paul car ici il n’est pas un homme libre.

Nous devons retenir que Dieu a autorisé que cela se produise malgré le fait que Paul était un prisonnier.

Pendant que la tempête commençait à s’aggraver, lisons le verset 10 : 10 C’est pourquoi Paul avertit les autres, en disant : O hommes, je vois que la navigation ne se fera pas sans péril et sans beaucoup de dommage, non seulement pour la cargaison et pour le navire, mais encore pour nos personnes.

Quand la tempête est devenue extrêmement grave, Luc écrit dans le verset 18 : 18 Comme nous étions violemment battus par la tempête, le lendemain on jeta la cargaison à la mer, 19 et le troisième jour nous y lançâmes de nos propres mains les agrès du navire. 20 Le soleil et les étoiles ne parurent pas pendant plusieurs jours, et la tempête était si forte que nous perdîmes enfin toute espérance de nous sauver.

21 On n’avait pas mangé depuis longtemps. Alors Paul, se tenant au milieu d’eux, leur dit : O hommes, il fallait m’écouter et ne pas partir de Crète, afin d’éviter ce péril et ce dommage.

22 Maintenant je vous exhorte à prendre courage ; car aucun de vous ne périra, et il n’y aura de perte que celle du navire.

23 Un ange du Dieu à qui j’appartiens et que je sers m’est apparu cette nuit,

24 et m’a dit : Paul, ne crains point ; il faut que tu comparaisses devant César, et voici, Dieu t’a donné tous ceux qui naviguent avec toi.

25 C’est pourquoi, ô hommes, rassurez-vous, car j’ai cette confiance en Dieu qu’il en sera comme il m’a été dit.

26 Mais nous devons échouer sur une île.

Le plus frappant de ce chapitre c’est que lorsque tout va très mal, lorsque les marins et les l’équipage commencent à paniquer, l’homme de Dieu ramène la situation au calme. Paul leur dit : Gardes votre courage, car j’ai la foi en Dieu ! C’est témoignage très puissant pour ces hommes.

Maintenant l’équipage est resté sans navire, tous les hommes étaient extrêmement épuisés, verset 33-36 :

33 Avant que le jour parût, Paul exhorta tout le monde à prendre de la nourriture, disant : C’est aujourd’hui le quatorzième jour que vous êtes dans l’attente et que vous persistez à vous abstenir de manger.

34 Je vous invite donc à prendre de la nourriture, car cela est nécessaire pour votre salut, et il ne se perdra pas un cheveu de la tête d’aucun de vous.35 Ayant ainsi parlé, il prit du pain, et, après avoir rendu grâces à Dieu devant tous, il le rompit, et se mit à manger.

36 Et tous, reprenant courage, mangèrent aussi.

Pouvez-vous imaginer la puissance du témoignage de Paul pour les hommes du navire ? Ils avaient traversé une situation potentiellement mortelle, hors de leur contrôle, et voici un prisonnier avec une foi inébranlable en Dieu leur disant que tout ira bien.

Il y a également un message pour nous ici. Lorsque les vagues se brisent, la cargaison doit être jetée en mer pour que le navire ne coule pas, les promesses de Dieu demeurent.

Luc affirme : Le soleil et les étoiles ne parurent pas pendant plusieurs jours, et la tempête était si forte que nous perdîmes enfin toute espérance de nous sauver. Mais Dieu a dit :

Maintenant je vous exhorte à prendre courage ; car aucun de vous ne périra, et il n’y aura de perte que celle du navire.

Le pragmatisme de l’homme n’est pas à la hauteur des promesses de Dieu. Nous devons faire confiance aux promesses de Dieu. Quand nous avons peur ou des doutes par rapport au virus, nous devons nous accrocher aux promesses de Dieu.

Lisons ensemble Esaïe 41 :10 :

10 Ne crains rien, car je suis avec toi ; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu ; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante.

Si nous nous accrochons aux promesses de Dieu avec la même foi inébranlable que Paul, pourriez-vous imaginer l’impact que cela pourrait faire sur notre entourage ?

Mais nous devons aussi garder notre bon sens.

J’ai entendu un commentaire d’un Chrétien disant : J’ai confiance en Dieu, je serai en sécurité avec Lui, c’est pourquoi je rencontre les gens que je souhaite rencontrer. Il n’y a pas de bon sens ici.

Confronté à la peste noire en 1520, Martin Luther a écrit : “Je vais demander à Dieu de nous protéger. Par la suite je vais purifier l’air, prendre les médicaments. Je vais éviter les lieux et les personnes où ma présence n’est pas nécessaire pour ne pas être contaminé et ne pas contaminer les autres, pour ne pas provoquer leur mort à cause de ma négligence.

Si Dieu veut me prendre, il me trouvera, mais je fais ce qu’il attend de moi et donc je ne suis pas responsable de ma propre mort ou de la mort des autres. Si jamais mon voisin a besoin de moi, je vais aller à son secours librement.

Voyez, c’est une telle foi qui craint Dieu parce qu’elle n’est ni impétueuse ni téméraire et ne tente pas Dieu “

(Luther’s Works, v. 43, p. 132).

Si le fondateur de la Réforme protestante est pratique, nous devons le suivre.

Frères et sœurs, faire attention ne signifie pas que nous avons moins de foi en Dieu. Cela signifie que nous nous soucions des autres plus que de nous-mêmes.

L’inquiétude et les doutes ne doivent pas dominer nos esprits, car Dieu ne nous a pas donné un esprit rempli de peur et de timidité, mais il nous a donné un esprit rempli de puissance, d’amour et d’auto-discipline.

Les portes de l’église restent fermées et nous devons suivre les messages en ligne, mais je crois que cela va renforcer davantage l’église de Christ. Si nous regardons en arrière à l’église primitive, nous voyons dans les Actes qu’il n’avait pas de bâtiment, pas de culte prévu, il y avait juste la présence de Saint Esprit et la puissance de l’Evangile. Jésus affirme dans Mattieu 16, “J’édifierai mon Eglise ; et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle.”

Mes amis, tout ira bien pour notre église, elle deviendra même plus forte à la suite de cette épreuve. Nous devrions nous concentrer sur notre église en restant à la maison.

J’ai remarqué que pendant ce confinement les familles sont ensemble. Dans l’immeuble dans lequel nous habitons, notre cuisine donne sur l’allée, donc quand je suis près de l’évier le matin, je vois beaucoup de mamans et de papas quitter leurs maisons vers 7h45.

Le soir, je les vois revenir entre 6h30 et 8h30. C’est ce qu’on appelle : métro, boulot, dodo. Ces parents voient leurs enfants entre 2h30 et 3h30 maximum par jour. Il leur reste que les weekends pour passer plus de temps avec leurs enfants.

Maintenant la situation est différente. Les parents eux-mêmes promènent leurs enfants, jouent au ballon avec eux dans le jardin. Je crois que Dieu utilise ce temps pour renforcer non seulement les familles, mais aussi les mariages.

Je veux être honnête avec vous et partager quelque chose de personnel. Après deux jours de confinement, je suis devenu nerveux en pensant que je vais devoir passer tout le temps en famille. J’avais peur qu’il pourrait y avoir des tensions et des disputes à cause de mon planning trop chargé. Donc, j’ai commencé à m’enfermer sur moi-même. Ce n’est pas un comportement sain. Alors, j’ai parlé avec ma femme et nous avons cherché le Seigneur, sa grâce a été plus que suffisante pendant cette période. Nous nous occupons de nos enfants, de leurs cours, nous avons des films pendant les weekends, nous avons des jeux de sociétés pendant les soirs, nous nous rapprochons de plus en plus. Nous travaillons dur et nous jouons dur. Je comprends maintenant que cette situation ne doit pas être perçue  comme un problème, mais comme un cadeau.

Les parents, je vous demande de ne pas vous enfermer en ce moment, de ne pas vous éloigner de votre conjoint et de vos enfants. Il peut y avoir des frustrations, la perte de l’espace personnel, mais Dieu utilisera ces moments pour vos rapprocher si vous soumettez à sa volonté.

Paul nous a donné des instructions claires dans Éphésiens  5 : 21-25 :

21 vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ.

22 Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ;

23 car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.

24 Or, de même que l’Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses.

25 Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle,

Nous voulons tous que cette période finisse. Nous voulons tous revenir à l’époque quand les supermarchés ne ressemblaient pas à CostCo pendant le Black Friday, quand il y avait suffisamment de papier toilette et de pâtes. Le danger de cela est que nous nous focalisons trop dans le futur et non dans le moment présent. Comme tous les occidentaux, nous planifions, nous planifions des choses, nous avons du mal à nous arrêter quand Dieu empêche nos plans et voir qu’il est véritablement le Dieu.

Le confinement peut-être plus difficile encore pour les personnes qui vivent seules. La solitude est déjà un phénomène réel dans notre société, mais associée au confinement durable peut-être extrêmement dur à vivre.

Nous devons écouter Dieu qui nous parle, je vais partager avec vous un émail d’encouragement d’une personne :

Cette période d’isolement physique obligatoire est certainement une période où Dieu m’oblige à méditer et à passer plus de temps avec Lui. J’ai l’impression que Dieu nous donne à tous la possibilité de ralentir et d’aller plus profondément dans notre spiritualité.  Il m’oblige à me concentrer sur ma vie spirituelle et sur Lui.

Quel témoignage incroyable ! Dieu ne crie pas, il n’est pas la voix la plus forte dans la pièce car il n’a pas besoin.  Il est notre Seigneur. Il nous donne la possibilité de ralentir, d’écouter et d’approfondir. Cela ne peut pas être possible si nous continuons à regarder le monde à travers les informations et non à travers le gospel.

A l’avenir, nous pourrions regarder cette époque comme une époque où nous nous sommes endormis en regardant le Netflix, devant les jeux vidéo et d’autres formes d’évasion ou nous pourrions nous souvenir de cette époque comme d’un rapprochement avec Dieu.

Je voudrais vous laisser quelques conseils pratiques pour utiliser au mieux le temps de ce  confinement sans précédent et puis je vais finir par la prière du Psaume 46.

 

1. Recherchez la parole de Dieu dès le matin au lieu rechercher votre téléphone intelligent. Ainsi, les promesses de Dieu auront une voix plus forte que les informations sur CNN ou BBC.
Priez. Priez quotidiennement pour notre Président et pour son gouvernement, pour le personnel médical, pour les personnes âgées, pour ceux qui se trouvent dans une situation financière difficile, etc.
Faites preuve de stabilité. Nous devons avons foi en Christ le Rocher, nous avons un rôle important à jouer dans cette période difficile. Nous devons rester fermes, inébranlables au milieu d’une mer chaotique de peur.

J’ai récemment écrit un article pour le magazine Christian Today intitulé Daily Survival Tips For Enduring The Lockdown. Vous trouverez le lien ci-dessous sur YouTube, j’espère qu’il pourra vous être utile.

Vous pouvez également nous envoyer une demande de prière dans les sections : commentaires ou sur trinityparis /together

Enfin, ce n’est pas parce que les portes de l’église sont fermées que nous arrêtons la dîme. L’Évangile continuera d’avancer et Dieu nous invite gracieusement à nous associer à lui dans nos prières et nos dons. Il y a un lien ci-dessous avec toutes les informations dont vous avez besoin pour continuer à rejoindre la mission de Dieu, vous pouvez envoyer vos questions à info@trinityparis.com.

Nous restons plus forts ensembles.

Terminons avec le Psaume 46 et la prière.