When the King Rides in on a Donkey

Preacher: Tony Roos | Series: Online Services (confinement) | —


Lire la transcription en français
Le Roi monte à dos d’âne ?!

C’est la première fois que je prépare et prêche une prédication du Dimanche des Rameaux tout à la maison, depuis chez moi. D’habitude, j’étudie et prépare depuis différents endroits à travers Paris et sa banlieue, mais cette semaine je me suis juste déplacé de mon fauteuil, à ma chaise, à la table à manger. Mais c’est vraiment un honneur pour moi de venir chez vous cette semaine pour partager ce que Dieu m’a montré dans mon étude de l’entrée triomphale à Jérusalem, en pleine situation de confinement.

Avant de commencer, je voulais prendre quelques minutes pour faire quelques remarques sur l’entretien de la maison qui nous concerne tous à Trinity.
D’abord assurez-vous d’aller à trinityparis.com/together. A cette adresse, vous pourrez trouver toutes les ressources que nous envoyons et préparons pour nous tous dans notre marche commune en ce moment. Ce n’est pas le moment pour se retirer et se mettre à l’écart mais pour faire l’effort de se rapprocher. Peut-être tendre la main à quelqu’un pour la première fois. Envoyer une prière ou un mail encourageant à quelqu’un que vous connaissez mais n’avez pas contacté récemment. Atteindre ceux autour de vous à travers les réseaux sociaux.

Deuxièmement, comme c’est le premier dimanche du mois et habituellement nous prenons la communion ensemble à Trinity je voulais adresser la communion. La table du Seigneur n’est pas limitée à la table ou au culte mensuel. La communion a lieu lorsque que nous rompons le pain et mangeons ensemble en se rappelant ce que le Seigneur a fait dans nos vies par son sacrifice sur la croix. Si vous vivez avec de la famille ou d’autres croyants, sentez-vous libres de célébrer la communion avec la famille et les amis. 1 Corinthiens 11 : 23-26 est un super passage à lire ensemble. Si vous vivez seul, sentez-vous libre d’appeler des amis pour vous rassembler et pratiquer la communion séparément mais ensemble à travers le monde digital. Soyez sûrs qu’aussitôt que l’on pourra se rassembler à nouveau, nous célèbrerons la table du Seigneur tous ensemble avec grande joie et célébration. Si vous avez des questions ou voulez qu’un ancien se joigne à vous pour la communion, envoyez-nous un mail à elders@trinityparis.com ou contactez-nous sur Facebook.

Dernièrement, surveillez vos boîtes mail et notre page Facebook pour continuer à rester connecté à Trinity Paris pour un culte du Vendredi Saint. Ce sera facilité par Zoom donc veuillez prévoir pour ce vendredi à 19h30.

Bon, pour la prédication du Dimanche des Rameaux d’aujourd’hui nous allons nous intéresser au témoignage de Jean sur ce qui s’est passé lors de l’entrée triomphale. Jean, ou comme il s’auto-proclame le disciple que Jésus aime. Je ne pense pas qu’il disait cela pour montrer la place spéciale qu’il occupait pour Jésus mais plutôt parce qu’il ressentait profondément que Jésus l’aimait véritablement. Quand mes enfants étaient plus jeunes et encore parfois aujourd’hui elles me demandaient souvent laquelle de mes deux filles était ma préférée. Je leur répondais tout le temps quelque chose comme « Tu es ma fille de 9 ans préférée et ta sœur est ma fille de 6 ans préférée ». Et c’était vrai. Ou alors qu’elle était ma fille préférée dans la pièce ou sur mes genoux, ou bien vous voyez ce que je veux dire. Elle était ma personne préférée telle qu’elle était.
Et je pense que c’est cela que Jean ressentait à propos d’être aimé par Jésus. Jean savait que Jésus aimait les autres disciples aussi mais voulait que tout le monde sache que Jésus l’aimait. Et que Jésus aime chacun d’entre nous. Jean a écrit beaucoup de choses que Jésus a fait pour que le monde puisse connaitre ce Sauveur du monde qui l’aime et qui aime le monde. C’était Jean qui a écrit un des versets les plus célèbres de toute les Ecritures, Jean 3 : 16 qui parle si profondément de l’amour de Dieu pour le monde.

L’évènement d’aujourd’hui dans la vie de Jésus a lieu à la fin du ministère de Jésus sur Terre. C’est le début de la semaine qui mène à la croix. La semaine que l’on appelle souvent la semaine de la passion. Toute la vie et le ministère de Christ menait à ce point. Luc disait à propos de cette période dans sa lettre sur Jésus, alors que le moment de sa montée au paradis approchait, Jésus partit avec résolution à Jérusalem. Ce n’était pas par hasard ou par une circonstance mal-placée que Jésus est arrivé à Jérusalem à ce moment-là.
Matthieu nous dit dans sa lettre que Jésus dit clairement à ses disciples que la mort l’attend à Jérusalem et que leur réaction était d’essayer de l’en empêcher. Mais Jésus dit clairement que sa mort future fait partie du plan de Dieu et insiste qu’il doit aller à Jérusalem.

Donc on plonge dans l’histoire ici dans l’évangile de Jean chapitre 12 versets 12-19 :

12 Le lendemain, une foule immense était à Jérusalem pour la fête. On apprit que Jésus était en chemin vers la ville. 13 Alors les gens arrachèrent des rameaux aux palmiers et sortirent à sa rencontre en criant : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Vive le roi d’Israël !

14 Jésus trouva un ânon et s’assit dessus, selon cette parole de l’Ecriture :

15 « Sois sans crainte, communauté de Sion,
car ton roi vient,
monté sur un ânon. »

16 Sur le moment, ses disciples ne comprirent pas ce qui se passait, mais quand Jésus fut entré dans sa gloire, ils se souvinrent que ces choses avaient été écrites à son sujet et qu’elles lui étaient arrivées. 17 Tous ceux qui étaient avec Jésus lorsqu’il avait appelé Lazare à sortir du tombeau et l’avait ressuscité, témoignaient de ce qu’ils avaient vu. 18 D’ailleurs, si les foules venaient si nombreuses au-devant de lui, c’était aussi parce qu’elles avaient entendu parler du signe miraculeux qu’il avait accompli. 19 Alors les pharisiens se dirent les uns aux autres : « Vous le voyez : vous n’arriverez à rien, tout le monde le suit ! »

Ce matin je veux que l’on s’immerge un petit peu dans l’histoire. Que l’on se place au cœur du Dimanche des Rameaux. Oubliez ce que vous pensez généralement de la scène pour l’instant. Vous êtes en train d’observer des choses qui ont lieu en temps réel. Vous ne connaissez pas la fin pour l’instant. Vous êtes dans la ville de Jérusalem pour la fête de Pâques. Vous participiez à la célébration d’une semaine qui avait lieu tous les ans pour rappeler au peuple ce que Dieu a fait auparavant pour libérer son peuple de l’esclavage. Vous vous souvenez des histoires transmises de génération en génération sur ce qui s’est passé cette nuit. L’ange de Dieu est venu et a tué tous les premiers-nés d’Egypte à part pour ces foyers qui étaient restés à l’intérieur avec leur montant de porte recouvert par le sang de l’agneau. Ce récit de l’histoire de votre peuple vous a été raconté au moins annuellement au cours de votre vie. L’ange de Dieu est passé par-dessus notre peuple. Ce récit est frais dans votre mémoire puisque vous êtes à Jérusalem pour célébrer Pâques. Et une partie de la tradition de Pâques c’est la promesse du Messie. L’Agneau parfait qui reviendrait et apporterait la délivrance à votre peuple et la liberté pour votre peuple. Alors que vous célébrez, le récit de Pâques est raconté en boucle. Et la promesse du Messie, qui viendrait pour libérer votre peuple à nouveau, était racontée chaque année, chaque fois que vous parliez de Pâques vous désiriez ardemment le retour du Messie. Pour libérer à nouveau votre peuple. Jérusalem à cette époque est sous occupation romaine. Cela n’a pas été facile pour votre peuple. Cette ville était la vôtre promise par Dieu mais les Romains étaient venus et avaient dominé vos ancêtres il y a un siècle environ, et au lieu d’être la ville de votre peuple elle était maintenant sous occupation romaine et tout comme Pâques arrivait une fois par an, les impôts aussi que vous et votre famille devaient payer à César juste pour pouvoir venir et participer à la célébration de Pâques.
Donc vous voilà au milieu de l’excitation de Pâques, entendant des histoires anciennes sur la venue d’un messie longtemps annoncé. Et tout à coup la rumeur parcourt la ville. Jésus de Nazareth vient. Qui ? Jésus de Galilée. Celui qui a ressuscité Lazare. Jésus vient. Le pouvoir sur la mort ? Qu’est-ce qu’il a fait d’autre ? Puis les histoires sont racontées de ceux qui en ont été témoins. Ceux dont la vue avait été rétablie, ceux qui avait mangé avec Lazare, ceux dont les jambes avaient été guéries, ceux dont la maladie leur avait été retirée, ceux qui avaient été libérés de démons, chacun raconta son histoire. Et leurs récits commençaient à ressembler de plus en plus au messie promis. Et vous êtes là parmi ces gens, vous entendez les récits de gens sur ce que Jésus a fait dans cette zone et vous vous dites, ça y est. Voici le Messie que l’on attend depuis longtemps. Allons à sa rencontre. Donc vous allez sur la route provenant de Béthanie avec une foule qui vous entoure. Le roi arrive. Les cris s’élèvent, « Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Vive le roi d’Israël ! » Ça semble assez long à chanter mais ce chant s’élève et les gens commencent à grimper sur les arbres et à couper des grandes feuilles pour les placer sur le chemin puis vous le voyez. Vous voyez ce Jésus qui semblait être le roi longtemps promis. Vous le voyez de loin, regardez ce roi qui arrive sur le dos d’un magnifique… qu’est-ce que c’est que ça… le roi avance et s’approche et vous le voyez sur le dos d’un… âne ?! Cela ne semble pas très royal. Vous avez entendu les histoires de guérisons, les récits de lui nourrissant 5 000 personnes, le roi annoncé vient à dos d’âne ? Ça n’a pas l’air normal. Ça ne fait aucun sens. Pourquoi est-il à dos d’âne ? Donc vous le suivez peut-être qu’il va au palais avec nous tous unis et criant, peut-être qu’il va marcher directement jusqu’au palais et demander à prendre sa place légitime de roi sur nous tous. Roi des Juifs. Jésus roi d’Israël, ça sonne bien. Mais il ne va pas en direction du palais, il va au temple. Pourquoi un roi irait-il là-bas ? Tant de questions pourquoi un roi ferait cela ? Pourquoi le roi n’a pas d’armée ? Pourquoi est-il à dos d’âne ? Et vous vous demandez, est-ce vraiment le roi d’Israël qui vient pour nous sauver et nous délivrer ?

Prenons un peu de recul vis-à-vis de l’histoire et commençons à répondre à certaines des questions et peut-être encore plus important pour aujourd’hui, répondons à la question de comment est-ce qu’on réagit lorsque le roi de l’univers vient à dos d’âne ?
Je vais utiliser cette question comme exemple de lorsque Dieu fait quelque chose que l’on ne comprend pas ou à laquelle on ne s’attend pas.
Nous voici confinés depuis presque trois semaines maintenant et peut-être nous commençons à nous demander ce que Dieu est en train de faire ? Pourquoi est-ce que le roi de l’univers est à dos d’âne ?
Laissez-moi d’abord vous dire, c’est pas grave. C’est normal d’être complètement confus par Dieu. C’est même normal de questionner ce qu’Il est en train de faire.
Tandis qu’Il a et va toujours agir en fonction de qui Il est et en fonction de son caractère qui ne changera jamais, parfois nous ne comprenons juste pas ce qu’il se passe autour de nous et pourquoi Dieu permet à tout cela d’arriver. Et cela est difficile. Nous prions pour les familles qui ont perdu des proches à cause du virus et nous savons qu’il y en a beaucoup d’autres qui seront gravement atteints financièrement durant cette période et nous nous demandons comment est-ce que le roi peut venir à dos d’âne ? Je me pose cette question tout comme vous. Je peux cependant toujours voir Dieu à l’œuvre en ces temps, je sais qu’Il est à l’œuvre, car je sais qui Il est, mais honnêtement, je ne peux pas tout comprendre entièrement. Mais ce n’est pas surprenant. Je suis véritablement un simple homme. Et je choisis de lire les paroles de Dieu qui disent
« Car vos pensées ne sont pas mes pensées,
et vos voies ne sont pas les voies que j’ai prescrites,
déclare l’Eternel ;
9 autant le ciel est élevé au-dessus de la terre,
autant les voies que je vous ai prescrites sont élevées au-dessus de vos voies,
et autant mes pensées sont élevées loin au-dessus des vôtres. »

Donc lorsque je me demande comment est-ce que le roi peut être à dos d’âne, je sais que mes pensées ne sont même pas proches d’égaler les siennes. Même quand le roi monte à dos d’âne, Il est toujours le roi.
Pourquoi le roi monterait-il à dos d’âne en direction du temple ? Parce que le roi était venu pas pour établir un royaume terrestre à travers l’épée et la guerre mais pour établir fermement Son royaume éternel à la fois ici sur Terre mais aussi dans le domaine spirituel. Le roi à dos d’âne va au temple car il vient pas pour combattre avec des épées et des armées mais pour être un sacrifice pour tous. Dans le temple à l’époque, le Roi à dos d’âne vit les maltraités et ceux qui maltraitaient et les expulsa hors du temple en disant que cette maison sera une maison de prière. Le Roi à dos d’âne a détruit l’économie du temple. Je ne parle pas uniquement de l’achat et de la vente des animaux pour le sacrifice. Mais il a détruit l’idée que tu pouvais passer l’année entière à faire ce que tu veux puis acheter ton salut par un sacrifice à Pâques. Beaucoup aujourd’hui ont cette idée en tête, le concept qu’ils veulent Jésus comme Sauveur mais pas comme Seigneur. Laissez-moi expliquer.
Nous voulons que Jésus vienne et nous sauve. Peut-être d’une situation difficile ou peut-être avons-nous une compréhension de notre besoin pour un salut face à la punition de péché que nous méritons. Beaucoup de gens qui n’ont jamais prié auparavant prient maintenant pour que Dieu sauve le monde du virus Covid-19. Nous voulons un sauveur. Nous voulons que cette situation s’achève. Les juifs à l’époque de Christ voulaient être libérés de l’occupation romaine. Ils criaient Hosanna, « sauve-nous », ils prétendaient même vouloir un roi ou un seigneur mais lorsque le Seigneur n’agissait pas comme ils le voulaient, en quelques jours ils demandaient sa mort. Beaucoup d’entre nous voulons le salut facile sans faire de Christ le Roi. Christ le Roi, ça veut dire que puisqu’il m’a sauvé et racheté par son sang, puisque la Bible dit qu’il m’a rançonné de la mort, puisqu’il a payé une dette que je ne pouvais pas payer, Il est mon Roi, même quand il est à dos d’âne. Il est mon Seigneur et je vais faire ce qu’il me dit même quand cela ne fait aucun sens. Même quand le monde semble s’écrouler autour de moi j’ai besoin de lui en tant que Seigneur et j’ai besoin de lui donner tous les domaines de ma vie. Lorsque j’ai Christ comme mon Sauveur je m’inquiète moins car je sais qu’il me donne ce dont j’ai besoin. Lorsque j’ai Christ comme Seigneur, je n’ai rien à craindre car même assis sur le dos d’un âne Christ en tant que roi est plus fort que tout ce qui se dresserait devant moi.
Jésus est venu, à dos d’âne pour que vous puissiez être sauvé. Il est venu pour qu’aujourd’hui vous n’ayez pas à craindre ces jours-ci. Il est venu pour que vous puissiez avoir de l’espoir pour aujourd’hui et pour l’éternité. Et cet espoir peut être trouvé quand vous demandez à Christ le salut et vous soumettez à lui comme Seigneur. L’auteur de Romains le formule ainsi :
« 9 En effet, si de ta bouche, tu déclares que Jésus est Seigneur et si dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité, tu seras sauvé, 10 car celui qui croit dans son cœur, Dieu le déclare juste ; celui qui affirme de sa bouche, Dieu le sauve. 11 En effet, l’Ecriture dit : Celui qui met en lui sa confiance ne connaîtra jamais le déshonneur. 12 Ainsi, il n’y a pas de différence entre Juifs et non-Juifs. Car tous ont le même Seigneur qui donne généreusement à tous ceux qui font appel à lui. En effet, il est écrit : 13 Tous ceux qui invoqueront le Seigneur seront sauvés. »
Donc je vous invite où que vous soyez si vous êtes intéressés par le pardon de vos péchés et par Jésus agissant dans votre vie à la fois en tant votre Seigneur et votre Sauveur. Vous pouvez faire ça maintenant. Il peut et va vous rencontrer là où vous êtes. Si vous lisez ceci avec d’autres ou seul, Christ va vous rencontrer comme votre Seigneur et Sauveur indépendamment d’où vous êtes et indépendamment de ce qui se passe. Demandez-lui. Jésus, je sais que je suis un pécheur, je sais que tu n’as pas été mon Sauveur et Seigneur dans toute chose mais je veux aujourd’hui que tu sois Sauveur et Seigneur dans ma vie. Je crois que tu es Dieu. Je confesse que tu es Seigneur et je veux être sauvé. Amen.
Si vous avez prononcé cela peut-être pour la première fois ou si vous vous êtes engagé plus profondément à voir Jésus comme votre Sauveur même lorsqu’il est à dos d’âne, pourriez-vous nous contactez, nous les anciens. Pas parce que nous voulons compter des chiffres, mais parce que nous voulons marcher avec vous et vous relier à d’autres qui marchent aussi le chemin avec le roi. Donc envoyez-nous un mail à elders@trinityparis.com et nous serons ravis de vous entendre, de prier avec vous et marcher avec vous.

Une application pratique pour ceux qui connaissent déjà Jésus comme leur Seigneur et Sauveur : que faire lorsque je crois que le roi est à dos d’âne ?
Demandez à l’Esprit Saint de vous révéler ses plans. Rien de ce monde ne fait du sens si nous ne le regardons pas d’un niveau spirituel. Tous les philosophes et penseurs et artistes pop contemporains essaient d’utiliser des idées sur vivre pour le moment ou rendre le monde meilleur en faisant une meilleure version de vous-même. Ça sonne bien, mais ça sonne creux dans la situation actuelle et honnêtement ça sonne creux n’importe quand. Vous avez été crée pour une raison, la volonté de Dieu et l’Esprit Saint est réel et actif et va vous parler pour vous révéler Ses voies et Son plan.

Ayez confiance que le Roi à dos d’âne est toujours en contrôle.
Nous contrôlons très peu de choses dans nos vies. Quand nous savons que le roi de l’univers est dans notre camp, nous pouvons être en paix.

Tendez la main à d’autres qui peuvent marcher avec vous. Même lorsque nous sommes séparés physiquement les uns des autres, nous ne sommes pas seuls.

Prions. Au roi qui est venu à dos d’âne.

Rappels de dernière minute :
Culte du Vendredi Saint vendredi soir
Trinity Paris / Together
Temps de prière jeudi soir
Pensées dévotionnelles deux fois par semaine