All In For Jesus

24/05/2020
Preacher:
Passage: Mt 13 : 44-46

Lire la transcription en français

Se donner pleinement pour Jésus
Sermon du 24/05/2020

Bonjour Trinity Paris ! Bienvenue sur notre sermon en live sur Youtube. Nous sommes ravis que vous nous ayez rejoint. Si vous voulez, vous pouvez laisser un commentaire dans la section dédiée. Dites-nous d’où vous regardez ce message, dites-nous comment nous pouvons prier pour vous. Il vous faut chercher notre compte YouTube par Google pour pouvoir le faire. Vous pouvez aussi envoyer vos demandes de prières à elders@trinityparis.com. Nous recevons régulièrement des demandes de prières, la fin du confinement amène beaucoup d’émotions en ce moment. Et si vous êtes inquiets à l’idée de retourner au travail, ou à l’école, vous avez le droit. Ce sont des émotions normales en cette période. Si vous vous sentez coupables à propos de certaines choses, si vous vous sentez coupables à l’idée de retourner travailler, ou si vous vous sentez submergés parce que vous devez continuer l’école à la maison pour vos enfants, nous vivons tous cela différemment, nous ressentons tous des émotions différentes mais nous sommes tous unis sous le sang de Jésus Christ. Sachez que nous sommes là pour vous, que nous vous aimons, que vous comptez énormément pour nous. Donc n’hésitez pas à contacter ceux qui vous entourent et continuez à vous connecter avec nous. Bien sûr, nous restons dans l’incertitude et nous ne savons pas quand nous serons en mesure de nous réunir de nouveau, et à quoi cela va ressembler quand nous le pourrons. Mais gardez votre regard fixé sur Jésus et il vous dira où porter votre attention et qui contacter. Si vous ressentez l’une de ces émotions, je vous propose de les déposer aux pieds de Jésus pendant que nous entrons dans un moment de louange.

Je vais prier pour nous avant de commencer.

“Seigneur Jésus, nous te remercions pour ta grâce, pour ta patience qui ne connaît pas de limite et pour ta fidélité envers nous, Seigneur. Tu nous as soutenu d’une manière incroyable pendant cette période. Tu as soutenu et consolé ceux qui ont connu le deuil. Tu as apaisé les angoisses. Tu as délivré certains de la peur et du stress, Seigneur, parce que tu es souverain et tu es au contrôle, nous le croyons. Et nous voulons entrer dans un moment où nous pouvons te louer pleinement, avec tout ce que nous sommes. Que nos esprits rencontrent le tien, Seigneur. Parce que tu es au centre de tout, Seigneur. Saint Esprit, parle-nous, dans le nom précieux de Christ. Amen.”

Aujourd’hui, nous allons étudier ce que la Bible nous dit dans Matthieu chapitre 13 versets 44 à 46. Sentez-vous libre d’ouvrir vos Bibles ou de scroller l’application Bible. Le texte sera aussi affiché sur l’écran. Les écritures nous disent :

“Le Royaume des cieux ressemble à un trésor enfoui dans un champ. Un homme le découvre : il le cache de nouveau, s’en va, débordant de joie, vend tout ce qu’il possède et achète ce champ.
Voici à quoi ressemble encore le royaume des cieux : un marchand cherche de belles perles. Quand il en a trouvé une de grande valeur, il s’en va vendre tout ce qu’il possède et achète cette perle précieuse.”

Son nom est Rosaria Butterfield. Elle était professeur d’anglais et d’études féminines à l’université de Syracuse. Elle a grandi dans une famille catholique et libérale, et vers la fin de sa vingtaine, elle fut attirée par la philosophie féministe et le mouvement LGBT. Elle donnait des conseils au groupe d’étudiants LGBT de l’université, elle a écrit les règles de l’université de Syracuse concernant les couples de même sexe, et elle s’est investie pleinement dans le lobby pour les droits LGBT avec la femme qui partageait sa vie et avec qui elle était en couple.

En 1997, alors que Rosaria conduisait des recherches sur la Droite Religieuse et, comme elle disait elle-même “leur politique de haine envers les personnes comme moi”, elle a écrit un article contre les Promise Keepers - une organisation bien connue aux États-Unis qui promeut la fidélité au sein du mariage. Cet article déclencha une rencontre avec un pasteur du nom de Ken Smith. Elle devint amie avec lui, il fut pour elle une source d’informations sur la Droite Religieuse, mais il devint aussi son confident. Sa femme et lui invitaient régulièrement Rosaria chez eux à dîner. En 1999, après que Rosaria ait passé beaucoup de temps à lire de longs passages de la Bible pour préparer ses recherches, elle dit “Le déraillement de l’Evangile a envahi ma vie.” Et dans son premier livre, Secret thoughts of an unlikely convert (Les pensées secrètes d’une convertie improbable), elle dit qu’elle a tout perdu sauf son chien, mais qu’elle a gagné la vie éternelle, en Christ.

Rosaria est désormais mariée à un pasteur en Caroline du Nord. Elle fait l’école à la maison à ses enfants. C’est une autrice et une conférencière. Et elle a aussi écrit l’un de mes livres préférés de l’année dernière, dont j’ai déjà parlé dans un message : The Gospel comes with a house key (L’Evangile vient accompagné d’une clé de maison), et il parle de comment l’hospitalité radicale dans les maisons chrétiennes peut donner lieu à de merveilleux résultats pour le Royaume.

Mais c’est sa citation, “tout perdu sauf le chien”, qui me touche vraiment profondément. Et, vous voyez, Rosario aurait perdu absolument tout. Sa partenaire, sa manière de vivre, sa communauté et, par essence, son identité. Mais quand Jésus Christ a détourné sa vie, elle a tout quitté. La transformation est radicale. Et elle s’est donnée entièrement. Et c’est ce qui se passe quand on rencontre réellement Jésus Christ. Quand on se trouve face à face avec le Roi ressuscité, nous sommes transformés pour toujours. Et comme le dit la parabole, nous vendons tout ce que nous avons pour acheter le champ dans lequel se trouve le trésor. Nous devenons ce marchand qui a recherché cette perle pendant longtemps, et quand nous la trouvons enfin, nous mettons tout sur la table pour pouvoir l’acheter. Nous nous donnons pleinement.

Cette parabole ne nous dit pas que nous pouvons acheter notre Salut. Non, elle met en lumière la valeur suprême que revêt le trésor caché, qui est le Royaume de Dieu.

Et rencontrer Jésus est synonyme d’une transformation radicale. Nous le voyons dans Saul. Un homme qui persécutait l’Eglise, rencontre Jésus sur le chemin de Damas et finit par devenir l’un des plus grands missionnaires et auteur épistolaire de l’histoire du christianisme. Cela a été une transformation si extraordinaire qu’en anglais courant, on emploie une expression qui dit “c’est un moment du chemin de Damas” et qui signifie : un moment déterminant qui change tout dans la vie d’une personne. Saul devient connu sous le nom de Paul. Et nous voyons que sa vie change du tout au tout de manière radicale. Il s’est donné pleinement.

Au chapitre 7 de Luc, il y a cette femme pécheresse, une prostituée certainement, qui verse du parfum de grand prix sur les pieds de Jésus, dans un acte de révérence et d’adoration. Ce parfum lui avait sûrement coûté tout ce qu’elle avait, mais elle s’en fichait. En rencontrant Jésus, elle était si chamboulée qu’elle a lavé ses pieds avec ses cheveux et ses larmes. Elle se fiche de ce que les autres personnes autour de la table pensent d’elle. Elle se donne pleinement.

Et puis il y a cet homme possédé par un démon qui vit dans le cimetière de Gérasa au chapitre 5 de Marc, qui se trouve libéré de la torture que lui infligeait la légion de démons. Il se jette aux pieds de Jésus qui le délivre ! Il deviendra un témoin de cette transformation radicale. Il se donne pleinement.

Quand nous rencontrons Jésus véritablement, nous n’avons pas d’autre option que de tout quitter pour le suivre.

Luc chapitre 5 versets 1 à 11 nous offre une illustration parfaite de cette expérience. Lisons :

“Un jour, alors que Jésus se tenait sur les bords du lac de Génésareth et que la foule se pressait autour de lui pour écouter la Parole de Dieu, il vit deux bateaux au bord du lac. Les pêcheurs en étaient descendus et nettoyaient leurs filets. L’un de ces bateaux appartenait à Simon. Jésus y monta et lui demanda de s’éloigner un peu du rivage, puis il s’assit dans le bateau et se mit à enseigner la foule.

Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : Avance vers le large, en eau profonde, puis vous jetterez vos filets pour pêcher.
- Maître, lui répondit Simon, nous avons travaillé toute la nuit et nous n’avons rien pris. Mais, puisque tu me le demandes, je jetterai les filets.
Ils les jetèrent et prirent tant de poissons que leurs filets menaçaient de se déchirer. Alors ils firent signe à leurs associés, dans l’autre bateau, de venir les aider. Ceux-ci arrivèrent, et l’on remplit les deux bateaux, au point qu’ils enfonçaient.

En voyant cela, Simon Pierre se jeta aux pieds de Jésus et lui dit : Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur.
En effet, il était saisi d’effroi, ainsi que tous ses compagnons, devant la pêche extraordinaire qu’ils venaient de faire. Il en était de même de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon.
Alors Jésus dit à Simon : N’aie pas peur ! A partir de maintenant, ce sont des hommes que tu attraperas. Dès qu’ils eurent ramené leurs bateaux au rivage, ils laissèrent tout et suivirent Jésus.”

Pour replacer cette histoire dans le contexte, il s’agit du tout début du ministère de Jésus. Il a été tenté dans le désert, il a prêché dans les synagogues, et il est sur le point de constituer son équipe ministérielle. Et qui choisit-il ? Un groupe de pêcheurs. Les versets nous indiquent qu’ils ont passé la nuit à travailler dur. Laborieusement, ils ont lancé le filet dans l’eau et l’on remonté vide à chaque fois. Nous avons tous connus cela, non ? Mettre tellement d’efforts dans quelque chose pour qu’au final cela ne donne rien. Travailler sur un projet jusque tard dans la nuit, tout ça pour qu’il soit rejeté ou que ce soit un échec complet. C’est totalement démoralisant.

Evidemment, les pécheurs sont frustrés et tombent de fatigue, et pourtant Jésus dit “jetez vos filets pour pêcher.” Je ne sais pas vous, mais à la place de Pierre, j’aurais dit “pour qui se prend ce type ?” Mais il se prend au jeu et fait ce qu’il lui dit, et ils remontent la prise du siècle. Les bateaux sont tellement remplis qu’ils commencent à couler. C’est la prise qui éclipse toutes les autres ! Et l’on connaît la fin de l’histoire. Ils laissent tout derrière eux pour le suivre. Ils se donnent pleinement. Mais ce qui est vraiment intéressant, c’est qu’ils auraient pu attendre toute leur vie une telle prise. La pêche était l’un des métiers les plus importants à l’époque et, pour penser en termes contemporains, cette prise aurait placé leur entreprise au même statut que Zoom. Vous connaissez Zoom ? C’est cette plateforme qui permet d’avoir des conférences en ligne que tout le monde utilise depuis la crise du Covid. L’utilisation de Zoom a augmenté de 500% pendant le confinement et elle a été l’application la plus téléchargée sur les iPhones ces deux derniers mois. Toutes les personnes ayant investi dans Zoom rigolent jusqu’à la banque. Ils ont réussi ! C’est ce qui s’est passé pour ces pécheurs. Après des années de dur labeur, de nuits blanches et d’échecs, ils ont enfin réussi ! Mais qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ils ont tout quitté pour le suivre.

A la fin de l’année dernière, ma femme et moi avons regardé une série vraiment chouette appelée The Chosen. Vous trouverez le lien dans la description de la vidéo YouTube ci-dessous. C’est une série sur le cheminement de Jésus avec les apôtres, et au milieu de la première saison, ils décrivent cette scène de la pêche miraculeuse. Les filets se remplissent soudainement et toutes les mains s’y accrochent pour les remonter. Et puis les bateaux commencent à couler tant les filets sont pleins. Simon, Jacques et Jean crient et rient et sont abasourdis devant le miracle qui s’est opéré devant eux. Mais le visage de Simon passe de la joie à l’étonnement quand il comprend que c’est vraiment Jésus. Et tout change. Il se désintéresse de la prise, il se désintéresse de tout. Il a tellement honte de son comportement passé et de sa nature pécheresse qu’il tombe face contre terre devant son Seigneur et dit “Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur !”

Il a attendu toute sa vie pour un succès pareil. Et pourtant quand Jésus est apparu, plus rien d’autre n’avait d’importance. Simon s’est éloigné de tout pour le suivre.

Le plus grand mythe que ce monde essaye de nous faire croire, c’est que l’on peut trouver le bonheur dans les choses matérielles. Que si l’on travaille assez dur, que nous réussissons, que nous avons le bon travail, le bon époux ou la bonne épouse, la bonne voiture, que nos enfants sont inscrits dans les bonnes écoles pour avoir de bonnes notes, que nous avons assez de followers sur les réseaux sociaux et le bon appartement, tous nos soucis vont s’évaporer. Mais nous savons que ce n’est pas vrai.

A une époque, je possédais un restaurant à Notting Hill, à Londres, l’un des endroits les plus prisés de la capitale. Je gagnais tellement d’argent que je ne savais plus quoi en faire. J’étais ami avec des rockstars et des acteurs, et je pouvais entrer dans n’importe quelle soirée VIP. Et pourtant, je buvais plus d’alcool que jamais et je dépensais 300 livres par semaine en cocaïne. De l’extérieur, ma vie semblait parfaite - un super travail, une femme très belle, deux enfants, une jolie maison, mais je mourrais de l’intérieur. L’épanouissement et l’identité ne viennent pas de choses matérielles !

Il aurait été plus simple pour Pierre et ses amis de s’éloigner s’ils n’avaient rien. Mais ils ont tout quitté ! Cela va totalement à l’encontre de notre culture, parce que par défaut, nous avons tendance à courir vers Jésus quand les choses vont mal, pas quand elles vont bien. Alors pourquoi se sont-ils donnés pleinement pour suivre Jésus ? Parce qu’ils ont trouvé leur vocation et leur identité en lui.

Une citation de Mark Twain dit : “Les deux jours les plus importants de la vie sont celui où l’on naît et celui où l’on comprend pourquoi.”

Au fond de chacun de nous se trouve un désir de sens, de trouver à nos vies un but et un sens. C’est comme ça que Dieu nous a fait. Mais comment nous percevons-nous ? La semaine dernière, ma femme m’a demandé de faire de la peinture dans notre chambre parce qu’un peu de moisissure commençait à apparaître sur les murs. Il faut savoir que je déteste peindre, vraiment, mais j’aime ma femme, alors je fais mon possible pour la mettre à l’aise et la rendre heureuse. Je ne peins pas très bien. En général, il y a plus de peinture sur moi que sur le mur. Alors j’ai pris la peine de poser du plastique au sol - j’ai quand même mis de la peinture sur le sol - j’ai mis de vieux habits et j’ai commencé à peindre la première couche.

Alors que je m’apprêtais à peindre la deuxième couche, je me suis rendu compte que j’avais eu de la chance de ne pas avoir mis de peinture sur mes lunettes, mais je n’allais pas risquer le coup une deuxième fois. Alors j’ai mis la paire de lunettes que j’avais avant celle-ci. C’était ma vieille correction et quand je les ai mises, je voyais tout un peu déformé. Après avoir peint pendant un moment, je n’y pensais plus. Je m’y été habitué. Mais quand j’ai eu fini de peindre et que j’ai remis mes lunettes, avec ma correction actuelle, je me suis rendu compte à quel point ce que je voyais était déformé. Les choses n’étaient pas claires. Je m’étais habitué à voir à travers des verres incorrects.

Il en est de même avec nous et la manière dont nous nous percevons nous-mêmes.

Frères et soeurs, pour ceux d’entre vous qui ont vécu dans la peur, la culpabilité, la honte, l’anxiété, la dépréciation de soi et l’addiction, il est temps de retirer vos vieilles lunettes. Certains d’entre vous les portent depuis très longtemps. Chaque jour, quand vous sortez du lit, vous les mettez et vous ne voyez que ça. Et après des années et des années à porter ces verres, vous vous y êtes habitués. Vous avez oublié les verres à travers lesquels votre créateur vous voit. Oublié que vous êtes son enfant ! Jean 1:12 dit que à tous ceux qui l’ont accueilli, qui ont cru en Lui, Il a accordé le privilège de devenir enfants de Dieu !

Les verres de satan disent que votre identité vient de ce que vous avez fait.
Les verres de Dieu disent que votre identité vient de ce qu’Il a fait pour vous.

Les verres de satan disent que votre identité vient de ce que les gens disent de vous.
Les verres de Dieu disent que votre identité vient de ce qu’Il dit de vous.

Les verres de satan disent que votre comportement vous dit ce que vous devez croire de vous.
Les verres de Dieu disent que ce que vous croyez à votre sujet détermine votre manière d’agir.

Si vous croyez n’avoir pas de valeur, cela va déterminer ce que vous ressentez. Si vous avez la sensation de ne pas être aimé, ou que vous ne pouvez pas être aimé, cela va déterminer la manière dont vous aimez les autres. Si vous avez l’impression que le monde vous en veut, vous serez rempli d’amertume et de ressentiment. Mais, quand vous mettez sur votre nez les verres des écritures, quand l’ophtalmologue tout puissant corrige votre vision, et beh ! satan va s’enfuir la queue entre les jambes, parce que les mensonges qui viennent du fond de l’enfer ont été mis à jour.

Et lorsque votre vision aura été corrigée, vous serez en mesure de voir le coeur de Dieu. Un coeur qui dit que vous avez été justifié, uni avec Lui, qu’Il a payé le plus grand des prix pour vous adopter, que vous être libre de toute condamnation, que vous êtes établi, oint et scellé, que vous êtes un citoyen du paradis, qu’Il ne vous a pas donné un esprit de timidité mais un esprit de force, d’amour et de sagesse, que vous êtes le sel et la lumière de la terre, que vous êtes une branche issue de la vraie vigne… vous n’êtes toujours pas convaincus ?

Il y a plus… Vous avez été choisi et appelé, vous êtes le témoin personnel de Christ, vous êtes le temple de Dieu, vous êtes le collègue de Christ, vous êtes assis avec lui dans les lieux très hauts, vous êtes l’ouvrage de Dieu et vous pouvez tout par Christ qui vous fortifie… Est-ce que je peux avoir un alléluia et amen virtuels ?! Ce sont les vérités que l’on trouve dans les écritures. Je l’ai dit dans mon message précédent et je le redis, ce dont vous vous nourrissez détermine votre attitude et vos actions. Régalez vous quotidiennement de ce que Dieu dit de vous, de qui vous êtes.

Quand Simon s’est donné pleinement, Jésus a changé son identité même. Jean chapitre 1 nous dit que Jésus l’a regardé et lui a dit “ Tu es Simon, fils de Jonas, tu seras appelé Céphas”, ce qui se traduit par Pierre, ou rocher. Il a fait cela pour indiquer la vocation particulière de la vie de Simon Pierre. Vous avez aussi une vocation. Si vous avez vécu dans les mensonges de satan tout ce temps, il est l’heure de revoir votre correction.

Parce que lorsque vous vous verrez à travers les yeux de l’ophtalmologue céleste, vous vous donnerez pleinement, encore plus rapidement que Simon Pierre lorsqu’il a laissé derrière lui ce bateau plein de poissons. Vous aurez trouvé le trésor caché dans le champ, et vendu tout ce que vous avez pour l’acheter. Vous aurez trouvé la plus belle des perles et l’aurez acquis quelqu’en soit le prix.

Prions.