Parable of Ten Bridesmaids

28/06/2020

Lire la traduction en français:

Bonjour Trinity Paris, je suis heureux que vous ayez pu rejoindre notre rencontre virtuelle pour le message d’aujourd’hui. Trinity Paris est l’endroit où les personnes de toutes cultures et de tous arrière-plans trouvent espoir en Jésus et le suivent ensemble pour transformer notre ville et le monde.

Comme vous le savez sûrement, nous allons de nouveau pouvoir nous réunir en personne dans les prochaines semaines. A partir du 12 juillet, nous devrions être ouverts à tous les membres de l’église qui sont prêts à revenir. Nous continuerons de respecter toutes les règles prescrites et nous proposerons un service approprié. Si vous faites partie de la liste de diffusion de Trinity, vous devriez recevoir plus d’informations dans la semaine à venir au sujet des rencontres et des différents groupes. Si vous ne faites pas partie de la liste, qu’attendez-vous ? Rendez-vous sur Trinityparis.com/welcome et inscrivez-vous pour recevoir toutes les dernières nouvelles et connaître les événements à venir. Et assurez-vous d’être abonnés à notre page Facebook Trinity International Church of Paris. Si vous avez besoin de prières ou d’aide pendant cette période, n’hésitez pas à contacter les anciens ou d’autres membres du conseil de l’église pour nous partager vos besoins, nous pourrions ainsi réfléchir à la meilleure manière de vous aider. Nous savons que les derniers mois n’ont pas été faciles, et nous voulons vous soutenir de quelque manière que ce soit. Envoyez un email ou appelez-nous. elder@trinityparis.com.

Je vous propose de prier pour ce message et le futur de Trinity Paris.

Quand j’étais ado, vivant au nord des Etats-Unis, je me souviens d’une fois où je travaillais sur l’une des nombreuses voitures pas chères que j’ai eues de mes 16 à 20 ans. Je devrais peut-être clarifier ce que je veux dire par “l’une des nombreuses voitures que j’ai eues”... Je n’en ai pas eu plusieurs en même temps, j’en avais une seule à la fois. J’en gardais une aussi longtemps qu’il fallait à mon père et moi pour la réparer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à améliorer, ou que les réparations coûtent plus cher que d’acheter une nouvelle voiture, et puis on achetait une nouvelle voiture et on reprenait tout le travail depuis le début. Pour les voitures qui roulent au gasoil, vous avez besoin de trois choses : du gasoil, une étincelle et de la compression. Je me rappelle d’un jour où nous travaillions sur une voiture qui ne démarrait pas. On a vérifié l’étincelle, elle fonctionnait. On a vérifié la compression, ça fonctionnait. On a vérifié la jauge d’essence, et il y en avait, tout semblait en ordre. On a démarré la voiture encore et encore et encore. On entendait la pompe de carburant tourner et la jauge nous disait qu’il y en avait. Mais rien. On a essayé encore et encore et encore jusqu’à ce que mon père dise “on a qu’à ajouter de l’essence juste au cas où.” Et devinez quoi : la voiture a démarré. On a passé des heures à essayer de faire démarrer une voiture qui n’avait plus d’essence. La jauge était cassée et bien qu’elle indiquait que le réservoir contenait de l’essence, en réalité, il était vide.

Cette semaine, dans notre poursuite de l’étude des paraboles du Royaume des cieux, nous arrivons à la parabole des 10 vierges, ou des 10 jeunes filles. Et nous allons voir l’importance que revêt le combustible dans notre parabole, et découvrir ce que cela signifie dans notre vie. Nous trouvons le passage d’aujourd’hui dans les 13 premiers versets de Matthieu, au chapitre 25. Pendant que vous ouvrez vos Bibles ou vos appareils à Matthieu 25, je vous dresse le tableau. Au chapitre 24, Jésus prophétise la destruction du temple. Ses disciples demandent “quand cela arrivera-t-il, et quels seront les signes de ton retour et de la fin des temps ?” Jésus commence à répondre à cette question au chapitre 24 et continue au chapitre 25, Il explique à quoi ressemblera la fin des temps. Et sans vous gâcher le chapitre 24, ça n’a pas l’air gai. Guerre et bruits de guerre, persécutions, méchanceté, trahisons et faux prophètes… MAIS, le loyal demeure. Même au milieu de tout ce mal, même dans ce qui semble être la période la plus sombre que la Terre ait connue, Jésus dit “mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette bonne nouvelle du royaume sera proclamée dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.” (versets 13 et 14)

Si vous persévérez jusqu’à la fin, vous serez sauvés, et l’évangile du Royaume continuera à avancer. Mes amis, cela devrait nous donner de l’espoir. Quelque soit la noirceur du monde, l’évangile du royaume continuera d’être prêché. Comme vous le savez sûrement, nous faisons partie d’une association d’églises internationale et pendant la pandémie de Covid, des chrétiens de nos églises ont pu faire avancer l’Evangile à travers des actes de bonté et d’aide dans le monde entier. L’évangile du Royaume a avancé autour du monde pendant le confinement, en France notamment. L’une de nos églises soeurs dans le sud de la France a tenu son deuxième culte ouvert au public et 8 personnes sont venues pour la première fois, parce qu’ils avaient assisté aux cultes en ligne sur YouTube ou Facebook et avaient hâte d’y assister en vrai. L’Evangile du Royaume continue sa marche.

Ici à Paris, et à travers vous tous, l’Evangile continue d’avancer, et je veux vous faire honneur, à vous membres de Trinity Paris, pour votre engagement à tenir ferme même quand tout semble sombre, pour votre volonté de vous accrocher à l’espoir de l’Evangile qui nous pousse à nous aimer les uns les autres et à s’occuper de ceux qui en ont besoin. Merci.

Jésus continue donc son sermon sur la fin des temps en disant “Quant au jour et à l’heure, personne ne les connaît.” Même quand les choses deviennent difficiles, cela ne signifie pas que je vais revenir tout de suite. Continuez à tenir bon, à suivre les recommandations de Christ pour que lorsque je reviendrai, vous soyez prêts. Ce qui nous amène à notre parabole. Une leçon de patience, pour être prêts. Nous lisons Matthieu 25.

Ce jour-là, il en sera du royaume des cieux comme de dix jeunes filles qui prirent leurs lampes et s’en allèrent à la rencontre du marié. 2 Cinq d’entre elles étaient insensées, les cinq autres étaient avisées : 3 les jeunes filles insensées prirent leurs lampes sans penser à emporter de réserve d’huile, 4 mais celles qui étaient avisées prirent, avec leurs lampes, des flacons contenant de l’huile.

5 Comme le marié se faisait attendre, elles s’assoupirent toutes et finirent par céder au sommeil. 6 A minuit, un cri retentit : « Voici l’époux ! Allez à sa rencontre ! »

7 Toutes les jeunes filles se levèrent et préparèrent leurs lampes. 8 Alors les jeunes filles insensées s’adressèrent à celles qui étaient avisées : « Donnez-nous de votre huile, car nos lampes sont en train de s’éteindre. »

9 Mais celles-ci leur répondirent : « Non ! Il n’y en aurait jamais assez pour nous et pour vous. Courez plutôt vous en acheter chez le marchand. »

10 Elles partirent en chercher. Pendant ce temps, le marié arriva : celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle de noces, et l’on ferma la porte.

11 Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour ; mais elles eurent beau crier : « Seigneur, Seigneur, ouvre-nous ! » 12 Il leur répondit : « Vraiment, je vous l’assure : je ne sais pas qui vous êtes. »

13 C’est pourquoi, ajouta Jésus, tenez-vous en éveil, car vous ne savez ni le jour, ni l’heure de ma venue.

Cette célébration de mariage ne ressemble pas aux mariages que nous connaissons aujourd’hui. Prenons un moment pour expliquer brièvement à quoi ils ressemblaient à l’ancienne époque juive. Un mariage était composé en trois temps. D’abord, l’engagement. Ce n’était pas ce moment fantasmé où un homme se met à genoux pour offrir une bague à celle qu’il aime. L’engagement, c’était l’accord entre deux familles de marier leur fils et leur fille. C’était en général un accord arrangé qui bénéficiait aux deux familles.

Ensuite venaient les fiançailles, le moment où le futur marié exprimait à sa future épouse ce qu’il lui promettait si elle acceptait de se marier avec lui. Un verre de vin était offert en guise de contrat de fiançailles et bu ensemble. Puis l’homme retournait dans la maison de son père pour préparer l’endroit où ils vivraient. Parfois, cet endroit était une pièce rattachée à la maison, ou une petite maison sur les terres du père du futur marié. Quoiqu’il en soit, le futur marié laissait sa promise chez ses parents jusqu’à ce que leur futur foyer soit prêt. C’était au père de définir quand les préparations étaient terminées, à lui de décider si le fils avait construit une maison adéquate et s’il était prêt pour le rôle de mari. Nous arrivons ensuite au mariage et c’est là que notre parabole commence. La maison est prête, le père a donné au fils l’autorisation de partir et d’aller chercher sa future femme. La fête commençait alors. Le moment où le futur marié revenait chercher sa femme pour l’emmener chez lui était un vrai événement, très familier pour les personnes à qui Jésus s’adressait. Quand il parlait des 10 jeunes filles qui attendaient le futur mari, c’était quelque chose de commun pour eux. Pour nous, ça n’a pas vraiment de sens, mais les disciples de Jésus et ceux qui le suivaient savaient bien de quoi Il parlait. La rumeur s’était répandue que le mari revenait chercher sa mariée et les jeunes filles se dirigeaient pour attendre et escorter l’homme vers sa femme, pour ensuite faire la fête tous ensemble.

Mais ici, Jésus modifie un peu l’histoire en disant que parmi les jeunes filles, cinq étaient sages et cinq étaient insensées. Cinq ont pris de l’huile pour leur lampes, et cinq n’en ont pas pris. De la même façon, toutes les personnes qui écoutaient Jésus parler de cela auraient acquiescées. C’est stupide d’emporter une lampe sans huile… Souvenez-vous que la Bible n’était pas écrite en chapitres et versets. Le livre écrit par Matthieu était écrit en un ou deux longs rouleaux. Donc les paroles de Jésus au chapitre 25 n’étaient que la continuité de ce qu’Il a commencé au chapitre 24. Jésus explique ici encore à ceux qui le suivent à quoi doivent ressembler ceux qui sont prêts. Dans la parabole, les jeunes filles - je sais que la plupart des traductions utilisent le mot “vierge” et les jeunes femmes l’étaient sûrement, mais le terme utilisé pour “vierge” signifiait “une jeune femme non mariée”. Utilisé ici, il signifie qu’elles étaient mises à part, pas parce qu’elles étaient vierges. J’utiliserai donc le terme “jeunes filles” parce que nous n’utilisons pas le mot “vierge” de la même manière. Dans la parabole, les jeunes filles apprennent que le marié est en route et sortent pour l’accompagner. Jésus dit que pour une raison inconnue, le marié n’arrive pas au moment où elles l’attendaient, et que les jeunes filles s’endorment. Quand le veilleur crie “soyez prêts, le marié arrive”, les jeunes filles commencent à s’occuper de leurs lampes. Les cinq filles sages ont allumé leur lampe et sont prêtes à partir, mais les cinq insensées leur disent “euh, nous n’avons pas d’huile, on peut vous en emprunter un peu ?” Les sages leur disent non, d’aller au magasin (comme si un magasin était ouvert à minuit, peut-être qu’ils avaient des magasins où acheter de l’huile ouverts toute la nuit, j’imagine que c’était bien la nuit que les gens se rendaient compte qu’ils n’avaient plus d’huile, enfin je m’égare…) et donc les cinq insensées sans huile se rendent au marché et le marié arrive. Et dans la précipitation du mariage, ils se rendent au banquet, ferment les portes et se préparent à faire la fête. Après quelques temps, les cinq jeunes filles insensées toquent à la porte et demandent à rentrer. L’homme en charge leur répond qu’il ne les connaît pas, et elles se retrouvent écartées du mariage.

Que pouvons-nous retirer de cette histoire aujourd’hui, pour nos vies ?

D’abord, que Jésus va revenir. Dans cette parabole, Jésus est le marié. Je sais, c’est une sacré surprise, hein ? La Bible est pleine d’images représentant Jésus comme le mari dont l’épouse est l’église. Après ce point sur les anciens mariages juifs, lisons ces mots que Jésus prononce dans Jean 14,

“Jésus dit : Que votre cœur ne se trouble pas. Ayez foi en Dieu, ayez aussi foi en moi. 2 Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures ; si ce n’était pas vrai, je vous l’aurais dit : en effet je vais vous préparer une place. 3 Lorsque je vous aurai préparé une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que vous soyez, vous aussi, là où je suis. 4 Mais vous en connaissez le chemin.

5 Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas, comment pourrions-nous savoir par quel chemin on y parvient ?

6 – Je suis, moi, le chemin, répondit Jésus, la vérité et la vie. Personne ne va au Père sans passer par moi. 7 Si vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Et maintenant déjà vous le connaissez, vous l’avez même vu.”

Dans cette époque que nous vivons, Jésus nous prépare une maison au paradis. Et bien que nous ne sachions pas quand Il reviendra, nous savons qu’Il le fera. Nous le savons parce qu’Il nous l’a promis dans ce passage, et dans beaucoup d’autres. Nous savons que l’église primitive croyait qu’Il reviendrait et les auteurs de l’ancien et du nouveau testament ont prophétisés son retour. Lisons ensemble certains de ces passages.

1 Thessaloniciens 4:16

En effet, au signal donné, sitôt que la voix de l’archange et le son de la trompette divine retentiront, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts unis à Christ ressusciteront en premier lieu.

Tite 2:13

En attendant que se réalise notre bienheureuse espérance : la révélation de la gloire de Jésus-Christ, notre grand Dieu et Sauveur.

Apocalypse 1:7

Voici ! Il vient au milieu des nuées, et tout le monde le verra, même ceux qui l’ont transpercé, et toutes les familles de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui, amen !

Hébreux 9:28

De même, Christ s’est offert une seule fois en sacrifice pour porter les péchés de beaucoup d’hommes. Et il viendra une seconde fois, non plus pour ôter les péchés, mais pour sauver ceux qui attendent de lui leur salut.

Christ est donc sur le retour.

La chose importante dans cette histoire, celle que Jésus surligne, c’est d’être prêt.

Il y avait cinq jeunes femmes sages et cinq jeunes femmes insensées, et jusqu’à ce que le marié arrive, rien ne les différenciait. Toutes avaient des lampes et attendaient le marié. Toutes étaient excitées à l’idée de son retour. Cependant, cinq d’elles ne savaient pas ce qu’être prête signifiait. Elles n’ont pas fait ce qu’il fallait pour l’être. Dans le dernier message que j’ai donné à Trinity, j’ai parlé du blé et de l’ivraie, qui représentent les personnes au sein et en dehors de l’église. Ici, il semble que l’on parle davantage des personnes qui sont peut-être plutôt dans l’église. Elles savent que le marié est sur le retour. Elles savaient qu’elles devaient attendre. Peut-être que Jésus parle de tout ceux qui se greffaient à la foule sans avoir pris l’engagement de le suivre vraiment. La Bible est très claire sur ce que suivre Jésus implique, et Mally l’a rappelé il y a quelques semaines : c’est un pari qui nécessite de se donner pleinement. On ne peut pas dire “je vais juste suivre le mouvement et voir où il me mène” ou rejoindre la parade pour bénéficier d’une fête de mariage gratuite. Peut-être que c’est un message pour nous qui assistons au culte ou aux petits groupes parce qu’il semble que c’est la bonne chose à faire. En général il y a des choses à manger, et parfois même des repas complets, donc pourquoi pas participer. Mais vous n’avez peut-être pas décidé de tout donner pour Jésus. Si vous n’avez jamais dit “Jésus je veux tout de toi et rien de moi, je veux te suivre avec tout mon coeur, tout mon esprit et toute mon âme. Je ne veux rien laisser au hasard dans ma vie et te la donner tous les jours, pour que tu sois glorifié”, alors peut-être que vous ne faites que suivre. Je ne veux pas avoir l’air méchant, mais il est possible qu’il y ait plus d’un petit groupe de personnes à Trinity qui soit dans cette situation. Vous allez peut-être à l’église depuis que vous êtes petits et vous suivez simplement la foule alors que vous avancez dans vos expériences d’église. Vous aimez chanter, en apprendre sur Jésus, mais lui soumettre votre vie ? Vous ouvrir à son enseignement, sa conduite et sa souveraineté ? Oh non ! Certains se considèrent peut-être chrétiens pour calmer une tension dans leur famille. Mais suivre Jésus, c’est différent. Mes amis, être prêt, c’est suivre Christ. Nous ne pouvons pas être prêts si nous ne suivons pas Christ. Vous êtes peut-être comme cette voiture dont j’ai parlé au début de ce message. Vous avez tout ce qu’il faut à l’exception de l’essence nécessaire pour démarrer.

Vous êtes peut-être dans la même catégorie que ces jeunes filles insensées, juste ici pour l’aventure, espérant que la foi de ceux qui vous entourent sera suffisant pour vous embarquer avec eux. Mes amis, ce n’est pas comme ça que ça marche. Vous ne pouvez pas dépendre du salut de ceux autour de vous pour votre salut. Au retour de Jésus, que votre femme, votre mère, votre père ou le neveu du cousin de feu votre arrière-grand-mère soit un disciple de Christ ne pèsera pas dans votre balance. La question sera : avez-vous suivi Jésus et lui avez-vous fait confiance pleinement pour votre salut ? Pas ceux avec qui vous avez passé du temps. Vous, individuellement. Et aujourd’hui, une occasion vous est donnée de remettre votre salut dans les mains de Jésus et de le suivre, pour que l’huile de l’esprit soit la garantie de votre salut et de votre préparation.

Paul le dit ainsi en 2 Corinthiens 1:21-22 :

21 C’est Dieu, en effet, qui nous a fermement unis avec vous à Christ et qui nous a consacrés à lui par son onction. 22 Et c’est encore Dieu qui nous a marqués de son sceau, comme sa propriété, et qui a mis dans notre cœur son Esprit comme acompte des biens à venir.

Mes amis, ne reportez pas à demain. Nous ne savons pas quand Jésus reviendra et quand il le fera, cela sera peut-être trop tard. Ne soyez pas laissés à la porte. Prenez la décision aujourd’hui de tout abandonner et de le suivre.

Qu’est-ce que ça signifie de suivre Jésus pour ceux qui ont pris cette décision aujourd’hui ou à un autre moment dans leur vie ? Qu’est-ce que ça signifie d’avoir de l’huile pour vos lampes ? Qu’est-ce que cela signifie d’être prêt quand Christ reviendra ?

Voilà l’explication de Jésus comme on la lit en Matthieu 10

“34 Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. 35 Oui, je suis venu opposer le fils à son père, la fille à sa mère, la belle-fille à sa belle-mère : 36 on aura pour ennemis les gens de sa propre famille. 37 Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi. Celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi. 38 Et celui qui ne se charge pas de sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. 39 Celui qui cherche à sauver sa vie la perdra ; et celui qui aura perdu sa vie à cause de moi la retrouvera.”

Ou au chapitre 9 de Luc, Jésus dit :

57 Pendant qu’ils étaient en chemin, un homme vint dire à Jésus : Je te suivrai partout où tu iras.

58 Jésus lui répondit : Les renards ont des tanières et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête.

59 Jésus dit à un autre : Suis-moi !

Mais cet homme lui dit : Seigneur, permets que j’aille d’abord enterrer mon père.

60 Jésus lui répondit : Laisse à ceux qui sont morts le soin d’enterrer leurs morts. Quant à toi, va proclamer le royaume de Dieu !

61 Un autre encore lui dit : Je te suivrai, Seigneur, mais permets-moi d’abord de faire mes adieux à ma famille.

62 Jésus lui répondit : Celui qui regarde derrière lui au moment où il se met à labourer avec sa charrue n’est pas prêt pour le royaume de Dieu.

Nous ne pouvons pas suivre Jésus sans bouger. Nous ne sommes pas appelés à exister simplement, nous sommes appelés à suivre. Mes amis, s’il-vous-plaît, suivons-le ensemble.

En 2014, à l’âge de 96 ans, le prédicateur Billy Graham a décrit ce que c’était de suivre Jésus :

Il commence : “D’abord, c’est lui être engagé comme notre Seigneur et Sauveur, cela signifie que nous voulons qu’il soit le maître de nos vies plutôt que d’essayer de les conduire par nous-mêmes. Lui avez-vous abandonné le contrôle de vos vies ? Suivre Jésus signifie également que nous cherchons à lui obéir tous les jours. Il sait ce qui est le mieux pour nous et nous a dit par ses mots, la Bible, la manière dont il veut que nous vivions. Est-ce que cela fait partie de votre vie quotidienne, et laissez-vous sa vérité former votre esprit et votre coeur ? Enfin, suivre Christ signifie voir les autres à travers ses yeux.”

Graham continue : “Christ a tant aimé le monde qu’il était prêt à donner sa vie pour notre salut. Est-ce que son Saint Esprit nous remplit de son amour, et cherchons-nous à toucher les autres pour Christ ?”

Ce sont des bonnes questions à nous poser. Lui avez-vous abandonné le contrôle de votre vie ? Pas juste une fois, mais quotidiennement. Est-ce que, chaque jour, vos décisions sont dirigées par Jésus et ses enseignements ? Ou laissez-vous les soucis et les standards de ce monde composer vos journées ? Quand Jésus vous dit d’agir, êtes-vous prêts à le faire ?

Est-ce que la parole de Dieu fait partie de votre vie quotidienne et autorisez-vous sa vérité à former votre esprit et votre coeur ? Prenez-vous le temps de méditer et d’appliquer la parole de Dieu à votre vie, chaque jour ? Étudiez-vous les écritures avec ceux qui vous entourent en petit groupe ou en groupe d’étude biblique ? Si ce n’est pas déjà le cas, je vous encourage à faire partie d’un life group. La plupart sont listés sur le site trinityparis.com, mais si vous avez besoin d’informations sur les nouveaux qui ont été formés, ou si vous voulez en débuter un dans votre quartier, contactez Mackenzie ou un des anciens et lancez-vous. Vous voyez, même si le choix de suivre Jésus et de le considérer comme votre Seigneur doit être fait par vous seul, votre cheminement n’est pas censé être solitaire. Il doit être fait avec d’autres, pour qu’ils puissent vous aider dans les moments où vous en avez besoin.

Est-ce que le Saint Esprit nous remplit de son amour, et cherchons-nous à toucher les autres pour Christ ? Voyez-vous les autres comme Jésus les voit ? En regardant les récits de la vie de Jésus dans les évangiles, nous voyons qu’il faisait preuve de compassion envers ceux qui l’entouraient. Il prenait le temps de guérir et nourrir ceux qui étaient autour de lui. Ceux qui étouffaient étaient traités avec dignité et respect, et ils recevaient ce dont ils avaient besoin. Ce matin même, alors que j’écrivais ce message dans un café, une femme dans le besoin s’est approchée d’une autre table et a demandé un café. Le couple a hésité, mais s’est levé, est entré et a acheté un café pour cette femme. J’aime à penser que Jésus aurait fait de même et se serait assis avec elle et lui aurait demandé comment elle allait. Quoiqu’il en soit, traiter ceux qui nous entourent avec dignité n’est pas difficile. Cela ne veut pas dire que vous devez leur payer un café à chaque fois, mais vous n’avez pas à les ignorer. Mais il n’y a pas que les sans abris et ceux dans le besoin qui doivent être traités comme Christ traitait les autres. J’aime énormément le récit de Nicodème. Quand Christ interagissait avec lui dans le passage, je pense que Jésus était pleinement investi dans la conversation et ne l’a pas repoussé. Ma prière, c’est que nous soyons des personnes investies pleinement avec les autres. Que nous soyons remplis de l’amour du Saint Esprit et que nous cherchions à atteindre les autres pour Christ.

L’un de mes versets favoris, c’est Romains 15:13 :  Je prie que Dieu, la source d’espérance, vous comble de toute joie et de sa paix par votre confiance en lui. Ainsi votre cœur débordera d’espérance par la puissance du Saint-Esprit.

Eglise, soyons prêts !