If God is good, why is there so much evil and suffering in the world (1 Peter 1.3-12)

We are continuing today our series of messages entitled  “Answering Objections to the Christian Faith.”  We are trying to deal with the most difficult questions that we as Christians have to face in our modern society; the objections that others have to our faith.

This week we are looking at the problem of evil and suffering in our world.  I will admit to you at the outset that it is one of the greatest problems for the Christian faith.  If we could put the problem in a nutshell it would be like this: If God allows evil and suffering to continue because he can’t stop them then he might be good but he certainly is not all powerful. On the other hand if God allows evil and suffering to continue because he could stop them but he won’t, then he might be all powerful but He is not good.

Either way, the good and loving, all powerful God of the Bible cannot exist.  That is a pretty formidable argument.  How can we answer it?

Screen Shot 2016-09-28 at 10.11.10

    Nous poursuivons cette nouvelle série de messages intitulée:  “Répondre aux Objections faites à l’encontre de la Foi Chrétienne.”  Nous tentons de répondre aux questions les plus difficiles auxquelles les Chrétiens doivent faire face au sein d’une société pluraliste; les objections que d’autres ont à propos de notre foi.

Cette semaine nous aborderons la question de la présence du mal et de la souffrance dans le monde. Je dois vous admettre que c’est l’un des plus grands problèmes pour la foi Chrétienne.  Si nous devions le résumer, ce serait comme cela: Si Dieu permet au mal et à la souffrance d’exister parce qu’il ne peut l’empêcher alors il est certainement bon mais pas tout puissant. Par contre, si Dieu permet au mal et à la souffrance d’exister bien qu’il puisse les en empêcher, alors il est bien tout puissant mais il n’est pas bon.

Dans tous les cas, le Dieu bon, aimant et tout-puisant de la Bible ne peut apparemment pas exister.  C’est un argument assez formidable.  Mais comment y répondre ?