A song for the Spiritually Dry – Psalm 42

psalms

Last week we spoke about when we fail and sin and need to return to God. This week it is not so much about sin in our lives but about a Christian life that seems dry and not as full of joy as it used to be.
Sometimes our life with God starts out with such enthusiasm and joy but somewhere along the line it dries up and we look back on what our Christian life used to be with longing and shame.  That is what this song of Psalm 42 is about.  It is for those of us who say that my life with God used to be better than it is now.
We don’t know exactly the situation of the author of this Psalm but we know that although he still longs for God, he feels like his best days are behind him. He remembers times of worship and exaltation when he would lead the procession to the house of God with shouts of joy and thanksgiving but now his soul is downcast and his tears and depression nourish him day and night. It is not that he doesn’t believe in God but he has lost the relational presence of God.
What do you do when like the Psalmist the reality of your faith seems more like a relic of the past rather than a vibrant reality of the present?  What do you do when God seems distant and out of focus – when like the Psalmist the times of close fellowship with God are only things you remember from the past rather than something you are experiencing in the present?
The Psalmist was experiencing this spiritual dryness, how can it help us if we are facing a similar time in our Christian life?
La semaine dernière nous avons parlé de notre chute, de notre péché et de notre besoin de revenir vers Dieu. Cette semaine ne sera pas tant à propos du péché dans nos vies mais d’une vie chrétienne qui semble asséchée et pas si pleine de joie qu’elle ne le fut.
Parfois notre vie avec Dieu commence avec enthousiasme et joie mais ensuite elle s’assèche et nous regardons alors en arrière avec regret et honte vers ce que cette vie chrétienne était. C’est le sujet du chant du Psaume 42.  Il est destiné à ceux d’entre nous pensant que leurs vies avec Dieu étaient meilleures avant.
Nous ne connaissons pas exactement la situation de l’auteur de ce Psaume mais nous savons qu’il a toujours un cœur pour Dieu, il pense que ses meilleurs jours sont derrière lui. Il se remémore les temps de louange et d’exaltation lorsqu’il guidait la procession vers la maison de Dieu avec des cris de joie et de reconnaissance mais à présent son âme est abattue et les larmes et la dépression le nourrissent chaque jour. Ce n’est pas qu’il ne croit pas en Dieu mais il a perdu Sa présence auprès de lui.
Que faites-vous lorsque, comme le Psalmiste, la réalité de votre foi ressemble plus à une relique du passé plutôt qu’à une réalité vibrante du présent ?  Que faites-vous lorsque Dieu semble distant hors de portée ? Lorsque comme le Psalmiste, les temps de relation proche avec Dieu ne sont que des souvenirs du passé et non quelque chose que vous expérimentez au présent ?
Le Psalmiste a expérimenté cette sécheresse spirituelle, comment cela peut-il nous aider si nous faisons face à une situation similaire dans notre vie chrétienne ?